Lundi 14 octobre 2019
Bruckner dans ses murs
Franz Welser-Möst réfrigère la Symphonie « Romantique »
Symphonie n° 4

Miracle du sponsoring (en l’occurrence la Banque de Haute-Autriche) : dans l’abbatiale Saint-Florian, Saint des saints brucknérien, le chef autrichien Franz Welser-Möst dirige la 4ème Symphonie « Romantique » de Bruckner avec l’Orchestre de Cleveland, dont il est le directeur. Sujet de discussion : le chef a choisi parmi les diverses versions de l’œuvre l’édition critique (et critiquée) de Benjamin Korstvedt (2004), présentant des variantes notables dans les deux derniers mouvements. L’interprétation est plus oecuménique : orchestre de première classe, direction structurée, jouant efficacement sur les tensions (énormes) et les détentes (chambristes), émotion contrôlée, voire bridée. Peut-être cette dernière impression est-elle influencée par l’apparente froideur de Welser-Möst, son masque de sphinx, sa gestique économe. Le réalisateur Brian Large fait ce qu’il peut pour réenchanter l’ensemble : montage sophistiqué, mouvements de caméra épousant les volutes baroques de l’abbatiale, plans serrés sur les musiciens particulièrement concentrés dans ce lieu symbolique. Dans le cadre moins approprié de l’Herkulesaal de Munich (DVD Arthaus), Sergiu Celibidache savait mieux éveiller la ferveur brucknérienne. 
François Lafon

Symphonie n° 4
Orchestre de Cleveland
Direction musicale : Franz Welser-Möst
Réalisation : Brian Large
1 DVD ArthausMusik 101 682

mis en ligne le dimanche 1 septembre 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.