Mardi 24 novembre 2020
Bonjour tristesse
Paavo Järvi pousse Tchaikovski dans ses retranchements
Symphonie n° 5 - Francesca da Rimini

Paavo Järvi – on l’a constaté six saisons durant avec l’Orchestre de Paris - n’est pas un chef enclin à la sentimentalité. Or voici qu’avec l’Orchestre de la Tonhalle de Zürich, dont il est le directeur musical depuis 2019, il commence un cycle Tchaikovski avec une 5ème Symphonie d’une subjectivité assumée. Le sujet s’y prête : sous l’égide de Beethoven (« En définitive ici-bas, l’esprit triomphe malgré tout de la chair »), le compositeur avait noté « Introduction : soumission complète au Destin, ou, ce qui revient au même, à la prédestination inéluctable de la Providence ». Mais là où nombre de chefs réservent les épanchements neurasthéniques à la 6ème Symphonie « Pathétique », il en souligne, dès le thème initial que l’on retrouvera tout au long de l’oeuvre, l’insondable tristesse, à peine éclairée par la valse aux allures détachées du 3ème mouvement.  L’orchestre, dont cette 5ème fut le baptême tchaikovskien en… 1895, se pare pour cela de ses plus beaux atours, cordes chaleureuses et bois raffinés, mettant en valeur la mise en place analytique propre au chef. En complément, celui-ci fait nettement ressortir le côté « opéra pour orchestre en trois actes » du poème symphonique Francesca da Rimini, inspiré de Dante et suivant le modèle lisztien, mais portant les traces du voyage à Bayreuth entrepris par Tchaikovski en 1876.
François Lafon

Symphonie n° 5 - Francesca da Rimini
Orchestre de la Tonhalle de Zürich
Direction musicale : Paavo Järvi
1 CD Alpha Classics Alpha 659
1 h 14 min

mis en ligne le lundi 19 octobre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.