Mardi 18 septembre 2018
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Une bio exemplaire : Nancy Storace par Emmanuelle Pesqué
samedi 9 septembre 2017 à 16h22
La soprano Nancy (Ann Selina) Storace (1765-1817) est passée à la postérité principalement pour avoir créé, à Vienne en 1786, le rôle de Susanna dans Le Nozze di Figaro de Mozart. Née à Londres d’une mère anglaise et d’un père italien, elle y débute en 1774. En 1778, elle est emmenée par son père en Italie où elle connaît le succès, surtout dans le répertoire bouffe. De 1783 à 1787, elle est à Vienne une des vedettes de la troupe d’opéra italienne de l’empereur Joseph II. Elle retourne ensuite en Angleterre, où elle participe en 1791 à certains concerts de Haydn, et s’y produit jusqu’en 1808, non sans effectuer de 1797 à 1801 une tournée européenne avec son amant le ténor John Braham (1774-1856). Emmanuelle Pesqué a écrit un livre permettant de tout savoir sur Nancy Storace, au point que lorsqu’on s’y plonge, l’abondance d’informations déclenche  parfois une sorte de vertige. On ne s’en plaint pas. Rien de ce qui concerne Nancy n’a échappé à Emmanuelle, qu’il s’agisse d’articles de journaux, de ses programmes d’opéras ou de concerts, de témoignages de contemporains ou de Cherubini se rappelant en 1815 avoir dix ans plus tôt vu chez Haydn un portrait la représentant. Nancy est suivie pas à pas, sans que soient occultés ses difficultés professionnelles et ses problèmes familiaux, avec plusieurs annexes : une « Chronologie de carrière » dressant avec force détails l’inventaire des quelque sept cents événements musicaux auxquels elle participa en trente-cinq ans, la liste des vingt-cinq opéras anglais - dont onze de son frère Stephen - qu’elle créa de 1789 à 1808, « Nancy Storace personnage de fiction », etc. Rien à redire apparemment, sauf sur un point infime : le jeune Esterházy, futur prince Nicolas II, qui se marie à dix-huit ans en 1783 n’est pas le neveu mais le petit-fils du prince alors régnant.
Marc Vignal

Emmanuelle Pesqué : Nancy Storace muse de Mozart et de Haydn, (CreateSpace) 2017, 505 p.