Vendredi 19 juillet 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Guerre des cartels : la Mozart connection
jeudi 24 juin 2010 à 09h39

Puisque la force n’arrive pas à bout des narcotrafiquants, pourquoi ne pas prendre ceux-ci par les sentiments ? C’est l’idée que défend le célèbre chanteur flamenco espagnol Diego el Cigala (Diego la Langoustine, pourrait-on traduire). Constatant les dégâts occasionnés par les guerres intestines entre cartels de la drogue au Mexique (23 000 morts entre 2006 et aujourd’hui), il explique dans une interview donné au quotidien mexicain de gauche La Jornada que « Les narcotrafiquants et criminels mexicains devraient écouter beaucoup de musique classique, comme le Requiem de Mozart, toute l'oeuvre de Beethoven et de Mahler, tout comme les pièces de Camarón de la Isla, Paco de Lucía et tout ce qui peut les rendre un peu plus sensibles et faire qu'ils ne commettent pas autant d'atrocités. » Au lieu de se vanter, comme il l’a encore fait sur RTL le 27 mai, d’avoir « sur les premiers mois de l'année, doublé les saisies de drogue », et dedéclarer que « quand il y a des caillassages, c'est sans doute le signe, peut-être le passage obligé, que nous sommes en train de rétablir l'ordre et l'autorité dans les quartiers », Brice Hortefeux, ministre français de l’Intérieur, devrait demander à Johnny Halliday, de retour au bercail, d’exhorter les acteurs du bisness banlieusard à remplacer NTM par Philippe Herreweghe dans leurs iPods. Un bus qui brûle avec les Kindertotenlieder en bande son, ça ferait sens, non ?

 François Lafon

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009