Vendredi 19 juillet 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Dans les pas d'André Messager, travail de bénédictin
vendredi 29 juin 2018 à 17h32
Aux éditions Actes Sud : André Messager, le passeur de siècle, de Christophe Mirambeau. Cinq cents pages et un titre énigmatique (d'un monde musical à l'autre?) pour brosser le portrait d’un artiste paradoxal, compositeur-séducteur courtisant la muse légère mais chef d’orchestre défendant le « grand » répertoire (Debussy, Wagner) et directeur à poigne - voire ombrageux - régnant en fin politique sur l’institution musicale (Opéra, Opéra-Comique, Conservatoire, Covent Garden de Londres). Un inconnu célèbre aussi, à la fois médiatisé (vie publique et vie privée, toutes deux très occupées) et avare de confidences (idem). Christophe Mirambeau, connaisseur encyclopédique de l’entertainment (en France et ailleurs) du siècle dernier et de la fin de celui d’avant, traite le sujet en biographe à l’américaine : les faits, rien que les faits, et Dieu sait si la matière est riche ! Il s’appuie en particulier sur de larges extraits de presse et accumule en bas de pages les notes biographiques, ce qui dissuadera les amateurs de biographies-tranches de vie, mais sera une mine pour les passionnés. Un travail de bénédictin qui d’ailleurs fait ressortir la difficulté (ou la paresse) des commentateurs de l’époque à définir l’art du compositeur (ce que nous pouvons toujours faire) comme de l’interprète (ce que nous ne pouvons plus faire, en l’absence d’enregistrements) : élégant, charmant, très français, mais encore ? Il n’y a guère que Reynaldo Hahn qui, en 1908 dans le magazine Musica, tente de définir Messager chef : « Sa baguette, il a moins l’air de s’en servir pour conduire l’orchestre que pour éclairer le public ». Et plus loin, remarque éclairante pouvant s’appliquer à d’autres compositeurs-chefs (Pierre Boulez en tête) : « Quand un homme doué des qualités nécessaires au chef d’orchestre est en outre un musicien aussi accompli que M. Messager, ces qualités se décuplent et se développent dans une zone que le chef d’orchestre mauvais musicien ignore toujours. A ce dernier, si pénétrant qu’il soit, échappe un élément de l’œuvre qu’il dirige : l’élément technique qui, en musique, est d’une si grande importance, et ce chef pourra mettre en valeur les mille petits riens dont cet élément se compose, mais il n’en saisira pas le principe mystérieux, et il y aura une lacune dans son interprétation. » Aux messagérophiles encore insatisfaits, Christophe Mirambeau promet une suite concernant la vie privée du compositeur (« les sources détaillées manquent souvent ») et la richesse et la complexité de son parcours artistique, sous forme d’articles en ligne sur la mediabase du Palazzetto Bru Zane, coéditeur du présent ouvrage. Puissent des musiciens réputés plus essentiels trouver biographes aussi zélés.
François Lafon 

André Messager, le passeur de siècle, de Christophe Mirambeau. Actes Sud/Palazzetto Bru Zane, 512 p., 13,50 euros

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009