Mercredi 16 octobre 2019
Le cabinet de curiosités par François Lafon
Athénée : 23 rue Couperin, pas l’anniversaire attendu
jeudi 17 mai 2018 à 00h00
A l’Athénée : 23 rue Couperin, texte et mise en scène de Karim Bel Kacem, Ensemble Ictus dirigé par Alain Franco. Enfin un hommage au compositeur né il y a trois-cent cinquante ans, anniversaire occulté par le centenaire Debussy ? Pas du tout : Couperin est l’une des huit barres d’une cité d’Amiens-Nord, chacune portant le nom d’un musicien français (de Gounod à Ravel, auquel on a ajouté Mozart, génie universel), toutes constituant le quartier du Pigeonnier, en souvenir de l’ancienne affectation du lieu. Une histoire de mots donc : « Enfant, je pouvais passer de Couperin à Mozart pour aller à Debussy », raconte Bel Kacem. Le spectacle – pas une pièce, ni un concert, une « installation scénique » pourrait-on dire – commence par la destruction de la barre (impressionnant écroulement) après une nuit d’émeute (vrais lacrymogènes, on pleure dans la salle, quelques baroqueux ont déjà pris la fuite) : « A coup de dynamite, ouvrir la cage aux oiseaux et libérer la parole retenue ». A mi-parcours, cinq instrumentistes (piano, alto, percussions, guitare, flûte) viennent s’installer à l’avant-scène et se lancent dans un quizz-pot-pourri très virtuose et assez jouissif, où passent les musiciens du Pigeonnier. Indications en surtitre : « Que dit Couperin à Couperin ? » ; « Ils tournèrent autour de Franck en longeant Gounod et Mozart et finirent à Debussy » ; « Ils partirent de Messager en suivant Franck », tout cela pendant qu’un pigeon géant entreprend de reconstruire la barre, pièce après pièce. Un exercice de haute culture (il faut bien connaître l’œuvre pour orgue de Franck, entre autres, pour s’y retrouver) débouchant sur un monologue résumant le drame des banlieues, tandis que s’envolent de vrais pigeons et que s’affiche un proverbe berbère disant : " Ne ressent la brûlure de la braise que celui qui a marché dessus  ». La cage aux oiseaux ainsi ouverte, reste en effet à construire un monde « qui soit à la fois poétique et politique ». Karim Bel Kacem y travaille. Il y a du pain sur la planche. 
François Lafon

Théâtre de l’Athénée, Paris, jusqu’au 19 mai (Photo © Isabelle Meister)

 

Le cabinet de curiosités
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009