Mardi 21 mai 2019
Concerts & dépendances
Victoires à la Pyrrhus
mardi 4 février 2014 à 10h47

Hier sur France 3 : 21èmes Victoires de la musique classique, depuis le Grand Théâtre de Provence (Aix-en-Provence). Cérémonial immuable, congratulations d’usage, palmarès prévisible. Sur la Toile, cris d’horreur et réactions amusées : Richard Galliano, compositeur contemporain. Ah, ah ! Un prix pour Nemanja Radulovic, le rocker Paganini. Ah, ah ! Que des enregistrements Radio France en compétition. Ah, ah ! Les frères Capuçon en patriarches de la musique. Ah, ah ! Victoires de la musique, Défaites de la musique. Ah, ah ! Bon, on a quand même parlé d’Henri Dutilleux (mais pourquoi n’est-il pas venu ?), on a entendu quelques jeunes prometteurs (Edgar Moreau, Adrien La Marca, Sabine Devieilhe), on a eu droit à du baroque pour happy few (Café Zimmermann) et à un orchestre qui se tenait (le National de France dirigé par l’énergique Kristjan Järvi). De quoi se plaint-on ? Les Victoires de la musique classique 2014 n’ont été ni meilleures ni pires que d’habitude. Audience : 1.3 millions (1.9 en 2013, 1.2 en 2012), 6% du public. De la musique composée par des morts et écoutée par des vieux, le classique ? A force de se le répéter…. Allez : à la même heure sur M6, Top Chef n’a attiré que 2.8 millions de téléspectateurs.

François Lafon
 

Photo © DR