Lundi 20 mai 2019
Concerts & dépendances
La Seine musicale, côté ouest
dimanche 23 avril 2017 à 02h33
Inauguration de la Seine musicale, « vaisseau amiral, sur l’île Seguin, de la culture en Hauts-de-Seine » (voir ici). Double salle, double programme, double public – classique et électro – le tout précédé, sur le parvis monumental dominé par un écran géant, des congratulations d’usage de l’équipe patronnée par Patrick Devedjian, président du conseil départemental. Beau point de vue extérieur – comme un paquebot surmonté d’une montgolfière de verre voguant vers la capitale ou s’en éloignant, selon les heures et l’éclairage -, vastes espaces intérieurs confrontant le bois et le béton, le verre et la mosaïque, auditorium à taille humaine aux murs couleur miel alvéolés façon ruche, où l’Insula Orchestra (en résidence permanente, comme son nom l’indique) et son chef Laurence Equilbey donnent un curieux programme lyrico-symphonico-choral sans doute destiné à mettre en valeur les qualités acoustiques (réelles) et technologiques du lieu : extraits de La Finta Giardiniera de Mozart et du Freischütz de Weber, Fantaisie chorale de Beethoven, transcendés par le chœurs Accentus, un quatuor soliste de luxe (Sandrine Piau, Stanislas de Barbeyrac…) et un Bertrand Chamayou royal sur un magnifique Pleyel d’époque, reliés par les interventions façon Césars de l’acteur (beaucoup) vu à la télé dans les publicités Renault (clin d’œil à l’ancienne vocation de l’île), et illustrés par des projections-variations sur des thèmes consensuels. Impressionnant aussi le grand auditorium de béton et métal bondé, saturé des rythmes cataclysmiques de The Avener, le DJ-producteur-remixer du moment. Un pari en tout cas que cette Seine musicale, pendant en même temps qu’opposé – géographique, économique et artistique - de la Philharmonie de Paris, jouant la mixité privé/public, lieu de création continue et obligatoire garage à stars, à la fois isolé et cœur d’une zone ouest délaissée par les grands travaux officiels. Un phare donc, dans l’actuel contexte politico-culturel.  
François Lafon

Seine musicale, Boulogne-Billancourt, 22 avril (Photo © DR)