Dimanche 25 août 2019
Concerts & dépendances
La Chaise Dieu (1) : un Bach en timbales
lundi 3 septembre 2012 à 15h58

Située sur un plateau granitique de Haute-Loire à 1082 mètres d’altitude, la commune de La Chaise-Dieu est célèbre pour son abbaye du XIVème siècle, construite à l’instigation de Clément VI, pape à Avignon et qui disposait d’une chapelle musicale prestigieuse. On peut admirer dans cette abbatiale Saint-Robert une fresque sur la Danse macabre et des tapisseries comme celle de L’Apparition du Christ à Marie Madeleine. Un jubé sépare le chœur en deux parties : l’une était réservée aux moines, l’autre au peuple. Un festival de musique initié en 1966 par Georges Cziffra se déroule tous les ans en août à La Chaise-Dieu et dans des lieux avoisinants. Trois compositeurs français - Claude Debussy, Gabriel Fauré et Théodore Gouvy - étaient cette année à l’honneur, du 22 août au 2 septembre, mais une grande partie de la programmation s’articulait autour de Bach et de sa Messe en si. A la tête de la Capella Amsterdam et de l’ensemble Il Giardinello, Daniel Reuss - apprécié notamment comme directeur du RIAS Kammerchor de Berlin - a donné de cette œuvre unique une interprétation à la fois sobre et puissante. A la fin des nombreux morceaux où il avait son mot à dire, le chœur faisait montre de surprenantes et très efficaces réserves d’intensité. Trompettes et timbales étaient placés bien en vue à gauche de l’auditoire, et le jeu des timbales, discret mais présent, précis surtout, fascinait. Une belle ouverture avant les Zelenka et autres Mendelssohn des jours suivants. (à suivre)

Marc Vignal
 

Abbatiale Saint-Robert, 27 août