Samedi 15 août 2020
Concerts & dépendances
L’Orchestre de Paris et le brillant en musique
vendredi 7 juin 2013 à 00h58

A Pleyel, Yutaka Sado dirige l’Orchestre de Paris dans un programme Ibert-Rachmaninoff-Verdi. La carpe et le lapin en apparence, en réalité des variations sur le brillant en musique. Galops années 30 pour le Divertissement de Jacques Ibert tiré d’une musique de scène pour le galopant Chapeau de paille d’Italie de Labiche, funambulisme pianistique dans la Rhapsodie sur un thème de Paganini de Rachmaninoff (superbement joué par le funambulesque Boris Berezovsky), ouvertures et chœurs de Verdi, cadeau de fin de saison et occasion de briller pour le Chœur de l’Orchestre et son chef Lionel Sow. Sado, bouillant disciple de Leonard Bernstein, est a priori l’homme de la situation : l'orchestre est idéal (en formation de chambre) dans Ibert et solide dans Rachmaninoff, mais il ne parle pas le Verdi avec autant de naturel, pas plus que le Chœur, qui chante comme un ange d’oratorio mais ne se lâche que dans le bis : le Triomphe d’Aïda (trompettes comprises - sans couacs, ce qui est rare). Pas mal de places vides après l’entracte : passe pour Rachmaninoff et son romantisme attardé, moins pour Verdi et ses élans lyrico-patriotiques.

François Lafon

 

Concerts & dépendances
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009