Lundi 20 janvier 2020
Concerts & dépendances
Jordi Savall chez les Borgia : mort et merveilles
mercredi 14 septembre 2011 à 10h27

Dynastie Borgia à la Cité de la musique, dans le cadre du cycle Passions – Le désordre amoureux. Diable ! A l’heure où Canal + annonce une nouvelle série à grand spectacle sur le sujet (« Borgia : n’ayez pas foi en eux »), le - comment dire ? - concert, spectacle, happening ? - imaginé par Jordi Savall promet de sulfureuses émotions. Il s’agit en fait d’un condensé du livre-disque (3 CD) paru l’année dernière (Alia Vox – Soleil de Musikzen.fr). Programme en main, on suit en six siècles, sept chapitres et trente-trois stations musicales l’ascension de la famille Borja de Valence devenue la dynastie Borgia en Italie. Une dynastie moins infréquentable qu’il n’y paraît : on croise deux papes (Calixte III et Alexandre VI), un saint (François), et une femme d’action en avance sur son temps (eh oui, Lucrèce). Chant arabe, chants d’église, fanfares guerrières, requiem, divertissements, actions de grâce se succèdent. Sur scène, dirigé de l’archet par Savall, l’ensemble Hesperion XXI est plus que jamais à géométrie variable. Impression générale : le melting pot culturel ne date pas d’hier, il a semé mort et merveilles. Hier soir, nous avons eu les merveilles.

François Lafon