Dimanche 26 mai 2019
Concerts & dépendances
Jonas Kaufmann, Lohengrin au Top 5
jeudi 19 janvier 2017 à 01h31
A l’Opéra de Paris – Bastille : Lohengrin de Wagner dans la mise en scène de Claus Guth importée de la Scala de Milan et vue sur Arte en 2012. Comme à Milan, c’est Jonas Kaufmann qui chante le rôle-titre, cette fois au terme d’un suspense à peine soutenable pour ses nombreux fans : allait-il ou non faire sa rentrée à cette occasion, au terme d’un long repos forcé ? Il l’a faite, et glorieusement, plus prodigue que jamais en nuances et en couleurs. Son 3ème acte est exceptionnel, à placer au Top 5 des grands chocs wagnériens, même pour qui a vu Jon Vickers en Tristan. Le Lohengrin « à rebours » de Guth sert à merveille son timbre mordoré et sa nature torturée : pas de cygne immaculé, pas d’armure dorée. Dans un décor post-industriel inspiré du Semperdepot - célèbre entrepôt du Hoftheater de Vienne (1877) - c’est « celui qui abandonne toujours », un « héros qui découvre sa vacuité intérieure » que nous voyons, un looser sublime que l’on tue une fois sa mission accomplie, qui surtout ouvre des perspectives ambiguës sur le mythe cher à Wagner du pur artiste rejeté par la société corrompue. Une partie du public n’aime pas, et siffle le metteur en scène pour mieux acclamer des chœurs impeccables et un plateau vocal de grand luxe, où, autour du ténor coqueluche, les pourtant formidables René Pape (le Roi), Tomasz Konieczny (Telramund) et Martina Serafin (Elsa) se font voler la vedette par Evelyn Herlitzius, Ortrud atypique au timbre clair et à la présence féline, pour jamais « l’Elektra de Patrice Chéreau ». Succédant à Daniel Barenboim (à Milan), Philippe Jordan allège la texture orchestrale et trouve, pour cet ouvrage de jeunesse qui est déjà un accomplissement, l’équilibre difficile entre réminiscences de l’opéra romantique et préscience de l’« œuvre d’art totale ».
François Lafon

Opéra National de Paris – Bastille, jusqu’au 18 février (changement de distribution à partir du 2 février) – En différé sur France Musique le 12 février (photo © DR)