Mercredi 12 août 2020
Concerts & dépendances
Dudamel et le Concertgebouw, mariage de raison
dimanche 9 juin 2013 à 00h56

A Pleyel, Gustavo Dudamel dirige l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam. La carpe et le lapin, le choc du latino flamboyant et de la machine de haute tradition. Mais le « Dude » s’est discipliné et les musiciens jouent le jeu. Première partie contemporaine : Colores de la Cruz del Sur (Couleurs de la croix du sud) de l’Argentin Esteban Benzecry, et les Neruda Songs de Peter Lieberson. Tonalité, atonalité, polyrythmie, gammes pentatoniques pour le premier, technique métissée pour un folklore imaginaire. Ecriture sage, voire passéiste pour le second, cinq sonnets amoureux dédiés par le compositeur à son épouse, la mezzo Lorraine Hunt. Du contemporain grand public, comme on l’aime outre-Atlantique. Le chef fait monter la pression, l’Orchestre déploie ses plus belles couleurs, la mezzo Christiane Stotijn chante avec émotion. Applaudissements mesurés. Après l’entracte : Symphonie « Du Nouveau Monde » de Dvorak. Le public (salle presque pleine) attend le chef, et le trouve : tempos extrêmes, effets de manche bien placés. On écoute l’orchestre, superlatif. Standing ovation : le Dudamel circus n’a pas pris en France, place au surdoué de la baguette. Les musiciens applaudissent aussi, chaleureusement.

François Lafon

Photo © DR

 

Concerts & dépendances
 
Anciens sujets par thème
 

Anciens sujets par date
2020
2019
2018
2017
2016
2015
2014
2013
2012
2011
2010
2009