Mercredi 23 octobre 2019
Concerts & dépendances
An Index of metals de Fausto Romitelli, forcément culte
samedi 1 décembre 2018 à 00h06
A La Scala Paris (voir ici) : An Index of Metals de Fausto Romitelli. Tardive première parisienne de cette « narration abstraite et violente, épurée de tous les artifices de l'opéra, rite initiatique d'immersion, transe lumino-sonore » créée à Cergy-Pontoise en 2003, testament artistique du compositeur italien disparu l’année suivante à trente-neuf ans. Difficilement descriptible en effet cet objet sonore de cinquante minutes pour chanteuse, piano/synthétiseur, ensemble instrumental, dispositif électronique et guitares électriques, overdose acoustique avec doubles lumineux (« Composer visuellement le son, filmer acoustiquement l'image »), œuvre-synthèse de cet élève de Francesco Donatoni et compagnon de route de Tristan Murail et Hugues Dufourt, pensant le son comme une « matière à forger ». Comme un palimpseste sonore alla Luciano Berio, où les Pink Floyd côtoient Ligeti, où la soprano Donatienne Michel-Dansac (qui était de la création) trouve des accents rauques façon Björk pour chanter des « Hellucinations » dont le seul titre décrit l’œuvre tout entière, cet Index of metals résume tout un monde violent et composite : pas étonnant qu’il soit devenu culte pour toute une génération de musiciens (salle bondée, beaucoup de professionnels). Impeccable exécution des United Instruments of Lucilin dirigé par Julien Leroy, lumières du spécialiste François Menou, sophistiquées autant qu’éprouvantes (projecteurs braqués sur la salle, pleins feux sans pitié), à l’image de cette musique rappelant que Romitelli a peu avant composé trois « leçons » pour instrumentistes inspirées d'Henri Michaux, réunies sous le titre de Professor Bad Trip
François Lafon

La Scala Paris, 30 novembre (Photo : United Instruments of Lucilin © Emile Henge)