Dimanche 26 mai 2019
Concerts & dépendances
A l’Opéra ce soir
mercredi 22 septembre 2010 à 07h41

Troisième reprise pour ouvrir la saison à l’Opéra de Paris, troisième production datant de la direction d’Hugues Gall – avec une impasse significative sur le règne de Gérard Mortier : Le Vaisseau fantôme de Wagner. « On évalue le niveau d’une maison d’opéra à la qualité de ses reprises autant qu’à l’éclat de ses premières », affirme l’actuel directeur Nicolas Joël. Cela veut dire des distributions qui tiennent la route, des chefs à toute épreuve et des mises en scène pas trop compliquées. Les fans  du festival permanent sont frustrés. Ni L’Italienne à Alger, ni Eugène Onéguine, ni  ce Vaisseau, c’est vrai, ne véhiculent le grand frisson. Les salles sont pleines pourtant, et le public applaudit de bon cœur : tout le monde, apparemment, ne mesure pas son plaisir à l’aune du festival permanent. On va entendre une œuvre, correctement interprétée. Un signe de médiocrité ? Pas forcément. Et puis l’oiseau rare n’en est que mieux venu : dans ce Vaisseau piloté par un chef routinier (Peter Schneider) et habité par une Senta sans grâce (Adrianne Pieczonka) entourée de vétérans jouant « au métier » (James Morris, Matti Salminen), la découverte du ténor Klaus Florian Vogt (photo) nous fait passer du noir et blanc à la couleur. Un seul être arrive, et le monde est repeuplé.

François Lafon

Photo :  Opéra national de Paris/ Frédérique Toulet