Vendredi 14 août 2020
Bateau ivre
Rythmes aquatiques et coloris pastel guidés par une trompette enjôleuse
Seeing through sound

Aux confins de l’avant-garde – il suivit les cours de Stockhausen, à Cologne, et participa comme trompettiste à l’enregistrement original d’In C de Terry Riley – du jazz  – ses deux premiers albums Vernal equinox et Earthquake island suivis vingt ans plus tard par le bien nommé Fascinoma – et de l’électro planante – Possible music et Dream theory in Malaya, avec Brian Eno –, Jon Hassell glisse sur l’onde de paysages fantomatiques (l’idée de «  Musiques possibles ») au son unique de son instrument : un souffle continu, guidé par la technique vocale du chant indien de son ancien maître Pandit Prân Nath. À la croisée du lascif et moite Vernal equinox et des rêves océaniques de Aka/Darbari/Java, le bateau ivre reprend sa route dans les brumes de « Seeing through sound », dix-septième album propice à une nouvelle dérive de continents exotiques nimbés de rythmes aquatiques, d’objets mutants et de coloris pastel en compagnie des fidèles compagnons de voyage, dont Rick Cox et John Von Seggern, sans oublier les Français Michel Redolfi et Lightwave – Moon of Titan.
                                                                           Franck Mallet

Hassell : Seeing through sound
Jon Hassell (trompette, électronique), Rick Cox (guitares, clarinettes), John Von Seggern (guitares, claviers), Hugh Marsh (violon), Michel Redolfi (électronique), Lightwave (électronique)…
1 CD Ndeya 7CD
39 min

mis en ligne le samedi 1 août 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.