Jeudi 13 décembre 2018
Barbara song
Le chant à l’état pur, éclatant et magnifique de Barbara Hannigan
Vienna - Fin de siècle

Pour les deux interprètes, ce récital de lieder témoigne de « la période la plus extraordinaire de l’histoire de la musique » – apogée du langage harmonique de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, « dynamique, plein de caractère, qui non seulement était beau en soi, mais créait de grandes et vastes formes ». Avant de basculer dans l’écriture sérielle, Schoenberg, âgé de vingt-cinq ans, compose ses Quatre Lieder op. 2 aquatiques et mystérieux (Erwartung d’après Dehmel !), dans l’esprit de Debussy. La soprano Barbara Hannigan n’a peut-être jamais été aussi proche de la perfection, entre extase – les étapes successives des Sept lieder de jeunesse de Berg – et volupté – élégiaque Empfängnis op. 2 de Zemlinsky ! Aigu enchanteur dans Berg, parole feutrée dans Zemlinsky entre chant parlé et lyrisme empourpré, sobriété tumultueuse dans Webern (Himmelfahrt d’après Dehmel) et envoûtement dans Wolf (Mignon I-IV) : aucun souffle intempestif, le chant à l’état pur, éclatant et magnifique, guidé par le piano distingué (mais peu engagé dans Wolf), de Reinbert de Leeuw, fin connaisseur de ce répertoire. Un absolu.      
Franck Mallet

Schoenberg : Vier lieder, op. 2 - Webern, Fünf lieder nach Gedichten von Richard Dehmel - Berg : Sieben frühe lieder - Zemlinsky : lieder extraits des opus 2, 5 et 7 - Alma Mahler : 3 des 5 lieder (1910) ; Licht in der nacht, ext. des 4 (1915) - Wolf : Mignon I-IV
Barbara Hannigan (soprano) Reinbert de Leeuw (piano)
1 CD Alpha 393 (Outhere)
1 h 18 min

mis en ligne le jeudi 11 octobre 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.