Mardi 16 août 2022
Bach en version de chambre
Des Suites subtilement acidulées par l'Ensemble Masques
Bach – Ouvertures-Suites

Les quatre Suites pour orchestre de Bach sont parfois considérées comme des œuvres passe-partout dans la production du Cantor. Deux airs, sans doute, ont contribué à cette réputation : la Badinerie de la Suite n°2 avec flûte traversière et l’Aria de la Suite n°3, arrangées, réarrangées, mixées, remixées, rabâchées ad nauseam pour devenir des tubes absolus. Dieu merci, les baroqueux ont remis à la bonne place ces Ouvertüren (le nom d’origine, car les premiers mouvements en sont la pièce maîtresse), permettant au passage d’oublier une version Karajan de 1964 totalement inécoutable aujourd’hui. Olivier Fortin et l’Ensemble Masques vont encore plus loin : après leur belle prestation au Festival d’Ambronay en 2021 (voir ici), leur enregistrement de ces Suites est splendide. Avec une formation minimaliste, ils créent un équilibre original entre cordes (deux violons, un alto, un violoncelle) et vents (deux hautbois, un basson). Aucun risque alors de sombrer dans la rengaine, l’acidité bien venue l’emporte sur la guimauve, et la basse continue sans trompette ni timbale (juste contrebasse, clavecin et basson) scande le rythme de belle manière. Quant à la transcription de la Suite n°2 en si mineur en Suite en la mineur où le hautbois remplace la flûte, elle constitue un must mémorable.
Gérard Pangon

Ouvertures-Suites N°1 BWV 1066, n°2 pour hautbois et cordes d’après BWV 1067, n°3 BWV 1068, n°4 BWV 1069
Jasu Moisio (hautbois), Sophie Gent (violon)
Ensemble Masques
Direction musicale : Olivier Fortin
1 CD Alpha Classics Alpha 882 (Outhere)
1 h 17 min

mis en ligne le lundi 27 juin 2022

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.