Mardi 24 novembre 2020
Aubes et crépuscules
Les Wanderer bien entourés rendent justice à Chostakovitch
Piano Quintet - Seven Romances on poems by Alexander Blok

De facture archi-néoclassique mais à l’expression on ne peut plus personnelle, le Quintette avec piano (1940) est l’oeuvre de chambre la plus connue de Chostakovitch, si l’on fait exception des quatuors à cordes. Du légendaire enregistrement des Borodine avec Sviatoslav Richter (Emi) jusqu’à la récente réussite d’Elisabeth Leonskaja avec les Artemis (Erato), elle a été bien servie au disque, mais difficile de trouver cette nouvelle version superflue tant elle s’impose depuis son majestueux prélude. Les Wanderer et leurs amis y ajoutent en effet une lecture de haute volée, affutée mais jamais démonstrative, tour à tour trépidante de vitesse (Scherzo) ou d’une douceur infinie (Intermezzo). Le piano de Vincent Coq, prise de son aidant, trouve sa place parmi les cordes dans un équilibre parfait. Entre la fin sereine et lumineuse du Quintette et l’atmosphère sombre des Sept romances sur des poèmes d’Alexander Blok (1967), plus d’un quart de siècle est passé : Chostakovitch livre dans ce cycle de mélodies quelques-unes de ses pages plus crépusculaires où la voix est accompagnée par une combinaison instrumentale différente à chaque mélodie, le trio avec piano ne se réunissant que dans la dernière mélodie. L’impressionnante Ekaterina Semenchuk, aux graves opulents, est soutenue exemplairement par les trois Wanderer. 
Pablo Galonce

Quintette pour piano et cordes en sol mineur op. 57 - Sept romances sur des poèmes d'Alexandre Blok op. 127
Catherine Montier (violon), Christophe Gaugué (alto), Ekaterina Semenchuk (mezzo-soprano)
Trio Wanderer
1 CD Harmonia Mundi HMM 902289
56 min

mis en ligne le mardi 20 octobre 2020

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.