Dimanche 26 mai 2019
Au sommet des sommets
Maître de son territoire, Eugen Jochum plus moderne que jamais
Complete Recordings on Deutsche Grammophon vol. 1 Orchestral Works

Réédition dans un cube des disques symphoniques d’Eugen Jochum pour Deutsche Grammophon de 1949 à 1982, époque de gloire du label jaune quand les chefs de prestige (Karajan, Böhm et tutti quanti) s’y bousculaient dans le répertoire germanique. Pourquoi donc ce coffret est si spécial ? Peu d’excursions vers d’autres horizons (les Variations Enigma d’Elgar et quelques pages de Sibelius), peu de musique du XXème siècle, Jochum avait bien sa manière à lui de diriger les maîtres de la tradition allemande. Accessible et cordial à la ville, il était pourtant l’anti-vedette, le prototype du dirigent sobre pour qui l’art doit cacher l’art : difficile de dire quel est son secret dans les symphonies de Bruckner mais qui d’autre les a enregistrées avec cette autorité ? Réalisée avec le Philharmonique de Berlin et son Orchestre de la Radio Bavaroise, l’intégrale en stéréo des années 1960 reste à juste titre une référence, mais avec le modeste Orchestre d'Etat d’Hambourg (où il passe les années de guerre) Jochum donne en 1949 peut-être la plus grandiose Huitième de l'histoire du disque. Difficile de dire aussi, surtout après avoir entendu les baroqueux, comment il se fait que ses symphonies de Haydn n’aient pas pris une ride, mais les « Londoniennes » tiennent toujours le haut du pavé. Et impossible de définir avec des mots son sens de la grande forme, qu’il fait sentir d’emblée sans jamais forcer le trait : ses symphonies de Brahms avec le Philharmonique de Berlin semblent taillées dans un seul bloc, sans pour autant être figées mais portées au contraire par un élan irrésistible. Aucun déchet dans ce coffret, magistral dans tous les sens du mot.
Pablo Galonce

Œuvres de Beethoven, Brahms, Bruckner, Elgar, Handel, Haydn, Höller, Mahler, Mozart, Schubert, Schumann, Sibelius, Strauss, Wagner, Weber,
Nan Merriman (alto), Ernst Haefliger (ténor), Emil Gilles, Monique Haas, Maurizio Pollini (piano), Michael Schneider (orgue), Johann Martzy, Nathan Milstein, Wolfgang Schneiderhan (violon)
Orchestres Philharmonique de Berlin, Symphonique de la Radio Bavaroise, Philharmonique de Londres, Symphonique de Londres, Symphonique de Boston, Philharmonique d'Etat d'Hambourg, Royal du Concertgebouw, Philharmonique de Vienne
Direction musicale : Eugen Jochum
42 CD Deutsche Grammophon 479 6314 1

mis en ligne le lundi 3 octobre 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.