Vendredi 18 octobre 2019
Au risque de se perdre
Chopin – Schumann, double danger pour Valentina Lisitsa
 
Le même, pas pareil
Schumann en finesse
Nelson Freire en concert
Etudes

Les Etudes de Chopin suivies des Etudes symphoniques de Schumann : un programme bien dans le style de Valentina Lisitsa, pianiste sans peur et sans limites lancée sur Internet (voir ici) avant d’être « signée » par Decca. Deux œuvres très différentes, opposées même, en dépit de leur dénomination commune : authentiques exercices pour les doigts mais touchés par l’aile du génie pour la première, cycle de variations exaltant la dimension orchestrale, les possibilités infinies du piano pour la seconde. Comme à son habitude, Valentina Lisitsa se lance dans ce double défi avec le mélange de sûreté de soi et de goût du danger qui la caractérise. A prendre ainsi tous les risques, elle surexpose dans Chopin ses moyens techniques et dans Schumann ses possibilités expressives. Sa sonorité en noir et blanc, son toucher percussif lui servent plus que jamais de garde-fou mais sont en même temps sa limite. On aimerait plus d’abandon dans Chopin et plus d’ampleur dans Schumann, et partout plus de couleurs, des arrière-plans plus riches. La seule électricité du concert, point fort de l’artiste, n’empêche pas, au disque, la monotonie de s’installer.
François Lafon

Chopin : Etudes op. 10 et 25 - Schumann : Etudes symphoniques
Valentina Lisitsa (piano)
2 CD Decca 478 7697
1 h 33 min

mis en ligne le vendredi 12 décembre 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.