Vendredi 22 mars 2019
Au bout de la route avec Beethoven
François–Frédéric Guy, ses grandeurs, et ses doutes
Sonates vol.3

L’aventure enregistrée « live » à l’Arsenal de Metz s’achève. En guise d’apothéose, François-Frédéric Guy réunit en ce dernier coffret les premières (1 à 3) et les dernières (26 à 32) des sonates de Beethoven. Histoire de bien montrer que, encore fils de Haydn ou bien déjà homme sans influences, Beethoven expose dès ses premières œuvres l’essentiel de sa pensée musicale, et au-delà. Cela a été dit par deux fois, ici et : François-Frédéric Guy en magnifie les complexités par un toucher d’une lumineuse densité, comme puisé au plus profond des touches, une articulation diaboliquement précise des phrasés, une main gauche qui explose comme rarement. Dans les mouvements dits « faciles », le lot des sonates de jeunesse, le pianiste laisse parfois sourdre l’embarras face à cette fausse simplicité, et ce qui le rend si impressionnant ailleurs lui fait manquer ici de fluidité et de spontanéité. Mais parfois seulement, s'avouant ainsi avec ses grandeurs et aussi avec ses doutes, rarement prévisible. Toujours surprendre tout au long de ce voyage en forme d’une immense sonate en 102 mouvements : qui dit mieux ?
Albéric Lagier

Sonates op.2 n°1 et 2 ; op.3 ; op.81a “Les adieux” ; op.90 ; op.106 « Hammerklavier » ; op.109 ; op 110 ; op.111.
François-Frédéric Guy (piano)
3 CD Zig Zag Territoires Outhere ZZT318
3 h 30 mn

mis en ligne le jeudi 7 février 2013

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.