Dimanche 8 décembre 2019
Attention, tensions
Un Billy Budd au sommet
Benjamin Britten - Billy Budd

Deuxième opéra « marin » de Britten après Peter Grimes (de six ans son aîné), Billy Budd fut composé pour voix d’hommes et se passe nulle part, en pleine mer. La metteur en scène, Deborah Warner, ajoute à ces originalités la nuit, un décor unique, un éclairage lunaire et des costumes qui n’ont rien de ce qui se portait en 1797 (souci d’intemporalité dans ce parti pris d’univers détaché de tout). Ce huis-clos aquatique nourrit à merveille le sentiment des marins de haute mer (les navires sont si petits, et la mer est si vaste) particulièrement pour Billy, jeune, beau, Indomptable (trait de caractère en reflet du nom du navire) victime des jalousies des officiers. Ces éléments servent la direction musicale (Ivor Bolton), toute en tensions, qui elle même sert le jeu vocal des chanteurs, premiers comme seconds rôles, de cet opéra où la mort, avant qu’elle n’arrive, rôde sans cesse. Les quatre rôles principaux (qui balaient l’ensemble des tessitures : ténor, baryton, baryton basse et basse) sont confiés à des interprètes de premier plan. On les écoute, on les voit comme si les personnages avaient été taillés à leur mesure. Les « seconds » rôles sont à leur hauteur et achèvent de donner au plateau vocal une rare homogénéité. Et les chœurs (d’hommes) du Teatro Real de Madrid ne sont pas en reste. Enfin, puisqu’il n’est décidemment point assez d’éloge, la réalisation du film (Jérémie Cuvillier) est remarquable, par la science subtile de successions de gros plans et de panoramiques qui plongent l’auditeur dans les tripes de l’Indomptable balloté par les éléments, et au cœur de ce Billy Budd que les futures productions auront bien du mal à égaler.
Albéric Lagier

Billy Budd, Opéra en deux actes sur un livret d'E.M. Forster et E. Crozier d'après H. Melville (1960)
Jacques Imbrailo (Billy Budd), Toby Spence (Vere), Brindley Sherratt (Claggart), Thomas Oliemans (Redburn)
Ochestre et Chœur du Teatro Real de Madrid
Direction musicale : Ivor Bolton
Mise en scène : Deborah Warner
Réalisation : Jérémie Cuvillier
2 DVD Bel Air
2 h 54 min

mis en ligne le vendredi 1 février 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.