Mercredi 20 mars 2019
Apocalypse now
Teodor Currentzis signe la plus sombre Sixième de Mahler
Symphony n° 6

A la fois la plus ancrée dans la tradition et la plus pessimiste des symphonies de Mahler, la Sixième pose un défi au chef qui veut révéler le réseau des infinies connexions entre les thèmes qui parcourent l’œuvre. Après une autre Sixième (celle de Tchaïkovski) sui generis mais très réussie, Teodor Currentzis s’attaque au mammouth mahlérien avec la folle ambition de tout montrer, de tout mettre en lumière dans cette œuvre qui mesure après mesure devient de plus en plus dense. Pour y arriver, il a enfermé son orchestre dans un studio à Moscou pour un enregistrement qui ne semble négliger aucun détail sans pour autant perdre la fougue endiablée qui rend inévitable la catastrophe finale. La prise de son en immersion n’est pas pour rien dans cette sensation d’étouffement, d’ensevelissement sous un déluge sonore qui ne quitte pas l’auditeur depuis les premières mesures. Currentzis garde heureusement en troisième position l’Andante (Mahler n’ayant jamais pu se décider sur sa place dans la symphonie), havre de paix précaire entre un scherzo plus sauvage que jamais et un finale où le déferlement de rage n’a presque pas de pareil dans la discographie. Sans doute l’un des grands disques de Teodor Currentzis. 
Pablo Galonce

Symphonie n° 6 en la mineur
Musicaeterna
Direction musicale : Teodor Currentzis
1 CD Sony Classical 10003865622
1 h 24 min

mis en ligne le lundi 25 février 2019

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.