Lundi 27 mai 2019
Alchimies sonores
Un captivant Concert pour orchestre de Pascal Dusapin
Morning in Long Island

De 1992 à 2009, Pascal Dusapin compose sept Solos pour orchestre dont il existe un enregistrement intégral (voir ici). Cette appellation semble une contradiction dans les termes. C’est qu’il s’agit de la « ligne », d’un orchestre qui « réfléchit à la question de la ligne pure, mais sans polyphonie. » Sont proposés ici les deux derniers volets du cycle. Reverso (n°6) est le plus long (18 minutes), une sorte de point culminant, qui « reprend les thèmes et les moments des autres en les concentrant compulsivement. » Uncut (n°7) projette les sons avec violence pour finalement se heurter « contre un mur invisible et inaudible. » En 2010, Dusapin commence un autre cycle : trois Concerts pour orchestre ayant pour thème la nature et dont voici le premier. Morning in Long Island comprend quatre morceaux enchainés dont le deuxième (Interlude) très court et dont le dernier, Swinging, nous transporte d’un coup, sans démagogie ni effets faciles, mais avec les rythmes adéquats, dans une atmosphère « vaguement réminiscente du jazz » et de la country music. Il faut du savoir-faire pour parvenir à un tel résultat. Les deux autres volets, Fragile et Simplement, sont largement faits de tenues, de couches sonores se mêlant les unes aux autres et dont les variations de durée, d’intensité, de timbre, produisent une riche alchimie de sons. Il n’y a aucun doute : Pascal Dusapin est de ceux qui savent capter et retenir l’attention, de ceux aussi auxquels on revient.
Marc Vignal

Reverso, Uncut, Morning in Long Island
Orchestre Philharmonique de Radio France
Direction musicale : Myung-Whun Chung
1 CD Deutsche Grammophon 28948 10786
1 h 03 min

mis en ligne le mercredi 30 avril 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.