Vendredi 18 octobre 2019
Affres de l’artiste
Capiteuse intronisation de Daniele Gatti à Amsterdam
Symphonie fantastique

Pas un hasard, de toute évidence : après huit saisons sans éclat particulier à la tête de l’Orchestre National de France, Daniele Gatti, pour son intronisation à la direction de celui Concertgebouw d’Amsterdam, dirige la Symphonie fantastique, œuvre orchestrale phare de la musique française, qu’il n’a pas manqué de diriger avec le National. Il commence par ailleurs le concert avec l’ouverture de Tannhäuser, ouvrage qui, à Paris, valut à Wagner un échec cuisant. Enfin il intercale le poème symphonique Orpheus de Liszt (beau-père utilisé puis méprisé par son gendre Wagner), achevant ainsi de placer le programme sous le signe des affres de l’Artiste créateur. Phalange de première classe, une des meilleures d’Europe pour ne pas dire du monde, le Concertgebouworkest conserve sa personnalité, cultivant les teintes sombres et les sonorités capiteuses.  Gatti va dans son sens (ils ne se sont pas choisis par hasard), privilégiant les tempos lents et les attaques fondues, procédant même, dans la Fantastique, par blocs sonores plus brahmsiens que berlioziens, gommant ainsi – ce qu’il ne faisait pas aussi nettement à Paris – les audaces de l’auteur du Grand traité d’instrumentation et d’orchestration modernes. Certains iront peut-être jusqu’à voir dans ce concert un antidote à la pensée unique que représente l’actuelle interprétation « historiquement informée » de la musique romantique. Bonne mise en images, détaillant les groupes orchestraux avec une éclairante musicalité. 
François Lafon

Wagner : Tannhäuser (ouverture, version de Dresde) - Liszt : Orpheus - Berlioz : Symphonie fantastique
Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam
Direction musicale : Daniele Gatti
Réalisation : Dick Kuijs
1 DVD RCO 16109
1 h 26 min

mis en ligne le dimanche 18 décembre 2016

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.