Mardi 15 octobre 2019
Affaire de famille
Au piano, Myung Whun Chung frôle le maniérisme
Myung Whun Chung, piano

Myung Whun Chung au piano : une affaire de famille. Pourquoi chez ECM, label dédié aux chemins de traverse musicaux ? Parce que son deuxième fils y travaille. Pourquoi commencer par le Clair de lune de Debussy ? Parce que sa deuxième petite fille s’appelle Lua (Lune). Pourquoi l’Impromptu en sol bémol majeur de Schubert ? Parce qu’il l’a joué au mariage de son premier fils. Quant au Nocturne en do dièse mineur de Chopin, il le dédie à sa sœur, la violoniste Kyung Wha Chung. Enregistré dans le cadre peu intime mais inspirant du théâtre de La Fenice de Venise, ce premier récital en solo de l’ancien directeur musical de l’Opéra de Paris adopte le registre de la confidence. Or peut-être par prudence (le piano n’est pas son activité première, si ce n’est en musique de chambre) mais certainement par goût (il agit ainsi en tant que chef), il a tendance à élargir, à ralentir, à surexposer certains accents, à faire du beau son. La Lettre à Elise (Beethoven), Träumerei (Schumann, Scènes d’enfants) échappent en partie à cela, mais les Chopin et les Schubert, le Clair de lune et l’Arabesque de Schumann frôlent le maniérisme. Il faut attendre « Ah ! vous dirai-je, Maman » (Mozart) pour retrouver pleinement le musicien complet qu’est Chung.
François Lafon

Debussy : Clair de lune – Chopin : 2 Nocturnes – Schubert : 2 Impromptus – Beethoven :Lettre à Elise – Tchaikovski : Chant d’automne (extrait des Saisons) – Schumann : Träumerei ; Arabesque - Mozart : 12 variations sur Ah ! vous dirais-je maman.
Myung Whun Chung (piano)
1 CD ECM New Series 2342 4810765
55 min

mis en ligne le samedi 26 avril 2014

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.