Vendredi 18 octobre 2019
A la poursuite de la Note bleue
Les errances chopiniennes d’Hélène Tysman
Sonate n°2, 24 Préludes op. 28

On n’écoute pas la musique n’importe comment ! Il faut un cadre, une atmosphère, une disposition favorable. On ne choisit pas un Requiem pour fêter un heureux événement ni un opéra bouffe dans les moments douloureux. La musique s’écoute avec les oreilles mais aussi avec le cœur. Le principe de la « Note bleue » de Chopin relève de cette logique. Il correspond aux recherches du musicien dans ses soirées parisiennes, quand il pianotait jusqu’à ce qu’il trouve la tonalité qui correspondait le mieux à l’atmosphère qui y régnait. Le disque de Hélène Tysman, une jeune pianiste française formée à Paris et en Allemagne, est pensé selon cette perspective. On y entend la deuxième Sonate et les 24 Préludes dans la recherche d’une tonalité qui les enveloppe et les unit au-delà de la chronologie, puisqu’ils ont été écrits entre 1837-1839. Ce projet ambitieux conduit à une interprétation qui nivelle les pièces plus qu’elle en fait valoir l’originalité, le génie. Elle n’aboutit même pas à traduire une tonalité caractéristique ni même une harmonie d’ensemble. On se sent quelquefois un peu malmené par le jeu désordonné et percussif de la pianiste, notamment dans la 2ème Sonate et les premiers Préludes.
Katchi Sinna

Sonate n°2, 24 Préludes op. 28
Hélène Tysman (piano)
1 CD Oehms Classics OC 752
1 h 12 min

mis en ligne le dimanche 9 mai 2010

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.