Jeudi 14 décembre 2017
Vingt ans après
Le coeur sur la voix, Juan Diego Florez revient à Mozart
Mozart

Avant d’être adoubé ténor di grazia de sa génération, Juan Diego Florez a fait ses classes discographiques dans Mozart (Mitridate, dirigé par Christophe Rousset, 1999). C’est donc à un retour aux sources que nous assistons ici, avec, de nouveau, un ensemble « historiquement informé », la Scintilla, formation baroque de l’Orchestre de l’Opéra de Zürich. Presque vingt ans après, la voix de l’artiste est moins scintillante, plus corsée mais d’une agilité intacte, lui permettant – micro aidant – d’affronter des personnages grand format, tels Titus ou Idomeneo. On n’attendra pas pour autant des prouesses dramaturgiques de sa part : il brille davantage dans les vocalises de « fuor del Mar » (Idomeneo) que dans les visions fugitives de Tamino (La Flûte enchantée), d’autant que son allemand est pour le moins exotique. Une fois acceptées ses tendances belcantistes (avec une légère propension à crooner, mais beaucoup moins qu’un Rolando Villazon, par exemple), on le suit avec plaisir jusqu’à l’air de concert final « Misero ! O sogno… ». Orchestre musclé sous la baguette de Ricardo Minasi, un peu premier degré, lui aussi. 
François Lafon

Airs extraits de : Idomeneo, Il re pastore, La Clemenza di Tito, Don Giovanni, Così fan tutte, Die Zauberflöte, Die Entführung aus dem Serail. Air de concert « Misero! O sogno….Aura, che intorno spiri », KV 431
Juan Diego Florez (ténor)
Orchestre La Scintilla
Direction musicale : Riccardo Minasi
1 CD Sony 8898430862
51 min

mis en ligne le samedi 18 novembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.