Samedi 16 décembre 2017
Tout est chic dans le Cencic
Les trésors de Naples sont inépuisables
Arie Napoletane

C’était hier, à l’heure de l’avant-dîner. Était-ce l’heure ? Était-ce la faim ? Étaient-ce les deux ? En soupesant la dernière production de Max Emanuel Cencic, je fus comme illuminé par cette pensée piquante : que de points communs entre les chefs d’œuvres de ce grand Artiste et ceux du Pays des Andouilles, dans l’Ile Sonnante évoquée par Rabelais ! Mêmes productions abondantes, régulières et de qualité ; même apparence un peu lourde, mais si légères aux sens ; les bigarrures et les volutes de tous les degrés de rose des tranches de l’une évoquent celles des pourpoints de l’autre. Chaque jour, ou presque, m’apporte son lot, franc de port, et jamais on ne se lasse. Ces productions sont entourées toutes deux des soins de maîtres en réclame. Ceux de Max Emanuel Cencic truffent leur discours de mentions « premières mondiales », laissant accroire que leur quotidien consisterait à servir au chaland du réchauffé, oubliant « qu’un diner réchauffé ne vaut jamais rien » (Boileau) ; et oubliant que les registres de Naples conserveront mille trésors oubliés bien après qu’ils seront morts. Ces Arie Napoletane et leur accompagnement par Il Pomo d'Oro réjouiront tous les Gourmands et tous les Gloutons en précieuses découvertes baroques. Nous ne pouvons donc que les recommander, sans réserve.
Grimod de la Reynière alias Albéric Lagier

Airs de Porpora, Leo, Vinci, Scarlatti, Pergolèse, Auletta
Max Emanuel Cencic (contre-ténor)
Il Pomo d'Oro
Direction musicale : Maxim Emelyanychev
1 CD Decca 478 224424
1 h 17 min

mis en ligne le jeudi 1 octobre 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.