Dimanche 19 novembre 2017
Sans retenue, mais avec humanité
Eugène Ysaÿe trouve en Eric Lacrouts un interprète de choix
Ysaÿe - Six sonates

Eugène Ysaÿe, virtuose, compositeur, chef d’orchestre a eu de son vivant la renommée d’un Paganini. Il a de supérieur à ce dernier que le violoniste ne doit pas seulement être violoniste, mais aussi « un penseur, un poète, un être humain ; il doit avoir connu l'espoir, l'amour, la passion et le désespoir, il a dû vivre toute la gamme des émotions afin de toutes les exprimer dans son jeu. », et de les « exprimer sans retenue ». Ces six sonates, composées en 1923, sont considérées comme à l’égal des sonates de Bach, dont on sent non la présence, mais l’ascendant. Dédiés à six violonistes de son temps, ces portraits musicaux résument l’art d’Ysaÿe pour ce qu’il ambitionne pour le violon du XXème siècle : il a renouvelé l’art du violon comme seul Bach, sans doute, a su le faire en son temps. Eric Lacrouts (né en 1976), premier violon de l’Opéra de Paris, a fréquenté Ysaÿe et ses sonates durant toute sa vie musicale, dit-il. Il doit bien avoir les propos du maître belge en tête, pour les interpréter ainsi, car la virtuosité est au rendez-vous, non pas pour la performance, mais pour jouer sans retenue, dans toutes les gammes des émotions, avec cette sureté qui donne, à l’audition, un sentiment d’évidence.
Albéric Lagier

Six Sonates pour violon seul op. 27
Eric Lacrouts (violon)
1 CD Klarthe
59 min

mis en ligne le dimanche 20 août 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.