Dimanche 27 mai 2018
Remises en question
Un Quintette avec piano d’anthologie
String quartet no. 3 - Piano Quintet

1940 : en pleine remise en question, Chostakovitch se réfugie dans la pure abstraction et compose un Quintette avec piano qui, du moins extérieurement, se tourne résolument vers la tradition. L’œuvre est dominée par une immense fugue, très lente, que les Belcea égrènent sur le fil, avec la même concentration qu’ils mettaient dans leur interprétation des derniers quatuors de Beethoven (voir ici). A leur côté, Piotr Anderszewski joue aussi tout en demi-teintes (sans trop appuyer par exemple le côté parodique du scherzo) mais toujours très expressif : il signe avec les Belcea sans doute l’un des plus beaux enregistrements du Quintette. Le troisième quatuor, composé au lendemain de la guerre (1946), faussement nonchalant dans les premières mesures pour devenir nettement plus sombre et anxiogène, sonne encore dans la ligne la plus sarcastique des derniers quatuors de Beethoven. Ou est-ce encore l’interprétation, tour à tour âpre et naïve, des Belcea ? Ils soulignent ici, comme dans leur intégrale Beethoven, les sauts d’humour et les ruptures de ton, comme dans le dialogue de sourds entre l’alto et le premier violon du deuxième mouvement. On attend la suite d’une possible intégrale qui part ici de très bon pied. 
Pablo Galonce

Quintette avec piano en sol mineur, op. 57 - Quatuor à cordes n° 3 en fa majeur, op. 73
Piotr Anderszewski (piano)
Quatuor Belcea
1 CD Alpha 360
1 h 07 min

mis en ligne le lundi 7 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.