Samedi 20 janvier 2018
Nuit fantastique
Le monde halluciné de Rudi Stephan servi par des interprètes experts
Chamber works and songs

La personnalité de Rudi Stephan fut, vingt ans durant, connue par un unique album de la Radio de Berlin associant Fischer-Dieskau au violoniste Hans Maile et au chef Hans Zender (Schwann, supprimé), avant que Radio France ne programme et n’enregistre son opéra Les Premiers hommes, sous la baguette de Mikko Franck, en 2004 (Naïve). Avec un ensemble de lieder et de musique de chambre, ce double album vient à point nommé compléter la discographie du musicien allemand, mort à 28 ans, en 1915, dans une tranchée, en Galicie. Guidée par Liszt et Strauss, l’écriture vocale privilégie les atmosphères sombres, dans l’esprit de Mahler – Enchantement d'amour d’après Hebbel, ici dans une version pour baryton et 7 instruments – et Debussy – Sept Lieder d’après différents poètes, dont la soprano Tchila Nini Goldstein livre une interprétation d’une intimité bouleversante. Tour à tour nerveuse et alanguie, la Musique pour sept instruments à cordes, sous les doigts de musiciens aussi experts, révèle la voie singulière d’un compositeur d’une précision impérieuse, tourmenté par des combinaisons sonores rares – on songe au Debussy du Diable dans le beffroi, au Conte fantastique de Caplet ou encore au Notturno de Schoeck – instant suprême d’un monde halluciné, hélas brusquement interrompu. 
Franck Mallet

Stephan : Musique de chambre et mélodies
Tchila Nini Goldstein (soprano), Hanno Müller-Brachmann (baryton), Hinrich Alpers (piano), Agata Szymczewska (violon), Kuss Quartett, Nabil Shejata (contrebasse), Marie-Pierre Langlamet (harpe)
2 CD Sony Music 88985363442
1 h 35 min

mis en ligne le samedi 13 janvier 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.