Dimanche 27 mai 2018
Mozart et ses silences
Christian Chamorel fait regretter plus encore un départ précoce
Mozart - Piano works

Pour ce premier CD Mozart, on aurait pu s’attendre à ce que Christian Chamorel interprète les sonates plus admirées, et les plus jouées. Ce serait mal le connaître (pour un rattrapage, voir ici), et plutôt que la Sonate K 457, ou la K310, c’est avec la K533, qu’il débute son programme. Sonate de commande, inachevée par lassitude peut-être, elle n’en réserve pas moins de belles surprises - une vigueur beethovénienne, et un contrepoint subtil. Christian Chamorel fait preuve d’une élégante énergie, et il trouve tant à dire dans cette sonate que les effets de style qu’on y entend souvent sont ici totalement absents. C’est par ces touches si personnelles que le rondo K511 ou les Variations K455 sortent grandies de leur statut d’œuvres mineures. Le long Adagio en si mineur (K540) est quant à lui une pièce majeure, quoique peu jouée, dans laquelle Mozart est plus jamais prémonitoire du romantisme. Ce mouvement tragique, aux modulations audacieuses, aux silences multiples, aux changements de rythme qui sont autant de reflets des tourments qui agitaient alors Mozart, devait faire partie d’une sonate jamais composée. Christian Chamorel excelle à nous donner le sentiment, certes rebattu, que Mozart n’a pas eu le temps d’accomplir ce qu’il souhaitait, mais que c’est peut-être dans le répertoire pour piano seul que ce manque est le plus criant.
Albéric Lagier    

Sonates K533/494 et 282 ; Rondo K.511 ; Dix Variations sur "Unser dummer Pöbel meint"; Adagio K.282 ; Gigue K.574
Christian Chamorel (piano)
1 CD Calliope
1 h 09 min

mis en ligne le mardi 24 avril 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.