Jeudi 14 décembre 2017
Messie pastoral
Haendel cuisiné et arrière-cuisiné par Hervé Niquet
Handel Messiah 1754

C’est la mode depuis plusieurs années : savoir si une œuvre religieuse ne devrait pas être jouée comme un opéra. Question genre, l’oratorio est non destiné, par essence, à être mis en scène, mais, selon Hervé Niquet, " ce Messie, c’est un opéra. " Point barre. Côté cuisine, trois maîtres mots : " réorganisation, redistribution, réorchestration. " On va jouer vite ce qui est lent, et rajouter un bourdon pour avoir " une musique pastorale. " Et cette version du Messie de Haendel sera " vraiment impressionnante." Car, qu’on se le dise, " on ne peut pas aujourd’hui interpréter cette musique comme on le faisait sous la reine Victoria. " A défaut d'expliquer comment on jouait ce Messie (version 1754 pour cinq voix) sous la reine Victoria et à quel moment de ce long règne (1837-1901), Hervé Niquet réussit son pari : il en fait une pastorale, avec cette différence qu'elles sont généralement courtes et que la sienne paraît terriblement longue, malgré le coup de presto imposé de la première à la dernière mesure. De la profondeur, de l’inspiration ? Surtout pas, c’est plutôt l’affaire du Victorien Christopher Hogwood – et, petit coup de patte en passant, " son enregistrement (1991) est assez daté du point de vue organologique " (ce qui tombe sous le sens, l'organologie traitant de l'histoire de instruments de musique). Cette suffisance bouffonne entraîne avec elle une accumulation de non sens, qui explique peut-être un Concert Spirituel sans spiritualité, des chœurs sans âme, et des solistes à contre-emploi. Reste un livre disque où Hervé Niquet révèle avoir beaucoup appris auprès des bonnes sœurs, lu, enfant, " à deux doigts ", toutes les symphonies de Beethoven réduites, et d'autres secrets de son… "arrière-cuisine". Il oublie simplement que les secrets de cuisine (et d’arrière-cuisine) ne sont pas toujours bons à partager.
Albéric Lagier 

Le Messie, HWV 56
Sandrine Piau et Katherine Watson (soprano), Anthea Pichanick (contalto), Rupert Charlesworth (ténor), Andreas Wolf (barython-basse)
Concert Spirituel
Direction musicale : Hervé Niquet
2 CD Alpha 362 (Outhere)
1 h 56 min

mis en ligne le vendredi 3 novembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.