Vendredi 25 avril 2014
Les liens du son
Le pianiste Martin Tchiba, du romantisme au modernisme
presque idéal


Linkages

Brahms, Wagner, Liszt, Schönberg, mais aussi Lachenmann et Scriabine. En établissant des liens (linkages) par-delà le temps (1861-1963) entre ces compositeurs qui tous ont innové sans pourtant faire table rase du passé, le jeune pianiste germano-hongrois Martin Tchiba ne se contente plus - comme il aime à le faire -, de ressusciter des perles rares, il prétend mettre au jour tout un réseau d’influences cachées au sein de pièces que l’on croyait connaître. Un disque concept donc : la « variation développée » selon Brahms (op. 116) se retrouve dans la Suite op. 25 de Schoenberg (sa première œuvre strictement dodécaphonique), laquelle est annoncée dans la Sonate op. 10 de Scriabine, tandis que Nuages gris de Liszt tend la main à la Wiegenmusik de Lachenmann, le tout relié par l’étrange Arrivée chez les cygnes noirs de Wagner, connu pour être l’ennemi juré de Brahms. Encore faut-il que ces « linkages » influencent l’interprétation de chaque œuvre, ce à quoi Martin Tchiba parvient avec une certaine maestria : technique accomplie, sens des styles et des couleurs, appréhension très fine des influences et mimétismes propres à chaque compositeur.
François Lafon


Johannes Brahms
Richard Wagner
Arnold Schoenberg
Brahms : Fantasien op. 116 - Wagner : Ankunft bei den schwarzen Schwänen - Liszt : Nuages gris - Lachenmann : Wiegenmusik - Scriabine : Sonate n° 10 op. 70 - Schönberg : Suite pour piano op. 25
Martin Tchiba (piano)
1 CD Challenge Classics CC72562
1 h 08 min

mis en ligne le vendredi 31 aout 2012

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Nicholas Angelich, entre Keats et Hölderlin
Le cabinet de curiosités
La Bohème, accident d'orchestre
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.