Vendredi 29 aout 2014
Le cabinet de curiosités par François Lafon
La musique est partout, à nous d'aller la chercher
De la branchitude à l’opéra, première leçon lundi 17 mai 2010 à 16h59

Depuis son apparition sur la toile au début du XXIème siècle, « How to opera germanly » (« Comment monter un opéra à l’allemande », ou plutôt « allemandement ») reste un mystère. L’auteur en serait un chanteur et/ou metteur en scène préférant rester anonyme pour ne pas se griller dans le métier. Certains prétendent qu’il s’agirait du compositeur et ex-ténor wagnérien Gary Bachlund, lequel en a livré une très sérieuse version commentée. La charge contre l’école germanique de mise en scène est grosse, et l’ensemble dégage un désagréable parfum de réaction (c’est la loi du genre). Mais quel meilleur remède à l’overdose qui nous guette de Haendel en treillis, de Mozart au fast food et de Wagner façon Mad Max ? Il circule diverses versions de « How to opera germanly », plus ou moins augmentées et parées de variantes. L’urtext est en (mauvais) anglais. Le voici en (mauvais ?) français. Il est en vingt-six points. Pour vous permettre de l’assimiler plus facilement et devenir ainsi un as du Regietheater (théâtre de metteur en scène), comme on dit outre-Rhin, nous vous le proposons en trois leçons. Aujourd’hui : les huit premiers préceptes.

1) Le metteur en scène est l’élément essentiel du spectacle. Sa vision passe avant celles du compositeur, du librettiste, des chanteurs et surtout du public, composé d’idiots repus qui ne demandent qu’à être distraits et émus.

2) Le deuxième élément important est le scénographe.

3) La comédie est verboten, sauf si elle est fortuite. Laissons l’humour à ces abrutis de téléspectateurs.

4) Le jeu scénique doit être intense : on se roule par terre, on grimpe aux murs, on s’assoit sur le plancher nu.

5) L’attention du public doit se porter sur tout, sauf sur la personne qui est en train de chanter. Un air - forme musicale déjà démodé au siècle denier - doit être accompagné par des gens exprimant de la façon la plus triviale le mal être que leur inspire celui ou celle qui chante.

6) La fidélité au livret est passible de l’anathème, comme la peinture réaliste l’est pour le peintre abstrait. Ne racontez pas l’histoire, commentez-la. Mieux : dynamitez-la!

7) Quand il pousse une note aiguë, le chanteur doit être plié en deux, allongé par terre ou dos au public.

8) A certains moments, la musique doit s’arrêter, pour une raison obscure, mais intense.
François Lafon
 
Illustration : Mise en scène de Stefan Herheim de L'Enlèvement dans le sérail de Mozart (Festival de Salzbourg, 2003).
Photo: Karl Forster
Envoyer un commentaire aucun commentaire

Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail


Concerts & dépendances
Rameau en majesté à La Chaise
Le cabinet de curiosités
Paavo Järvi, les raisons d’une démission
 
Anciens sujets par thème
Chanteurs (35)  
Chefs et orchestres (35)  
Cinéma (30)  
Compositeurs (35)  
Enregistrements (31)  
Gadgets (53)  
Grandeurs et décadences (39)  
Livres (57)  
Opéra (27)  
Opéra de Paris (12)  
Pianistes (14)  
Politique et politiques (52)  
Télé (14)  
Anciens sujets par date
2014
Août (3)  
Juillet (5)  
Juin (5)  
Mai (6)  
Avril (5)  
Mars (5)  
Février (5)  
Janvier (6)  
2013
Décembre (5)  
Novembre (6)  
Octobre (4)  
Septembre (7)  
Août (5)  
Juillet (5)  
Juin (6)  
Mai (4)  
Avril (6)  
Mars (5)  
Février (4)  
Janvier (6)  
2012
Décembre (6)  
Novembre (6)  
Octobre (7)  
Septembre (4)  
Août (5)  
Juillet (6)  
Juin (8)  
Mai (5)  
Avril (7)  
Mars (7)  
Février (7)  
Janvier (8)  
2011
Décembre (6)  
Novembre (5)  
Octobre (6)  
Septembre (5)  
Août (5)  
Juillet (4)  
Juin (6)  
Mai (6)  
Avril (5)  
Mars (7)  
Février (5)  
Janvier (6)  
2010
Décembre (6)  
Novembre (8)  
Octobre (7)  
Septembre (7)  
Août (6)  
Juillet (6)  
Juin (11)  
Mai (11)  
Avril (11)  
Mars (14)  
Février (16)  
Janvier (16)  
2009
Décembre (35)  
Novembre (15)  
Octobre (11)  
Septembre (3)