Dimanche 19 novembre 2017
Histoires de monstres
Argerich-Perlman ou l’éternelle jeunesse
Martha Argerich-Itzhak Perlman Schumann-Bach-Brahms

En 1988, à Saratoga Springs, tout au nord de l’Etat de New-York, Martha Argerich et Itzhak Perlman se produisent ensemble pour la première fois. Comme ils font déjà partie du gratin des interprètes, les cassandres imaginent un face à face musclé, les sceptiques une conversation de salon, les candides une idylle parfaite. A écouter la Sonate de Schumann, enregistrée en live à cette occasion, on s’aperçoit que tout le monde avait un peu raison, mais surtout, et c’est l’essentiel, que chaque musicien tire la couverture vers l’autre : Perlman, le paisible, et Argerich, la volcanique, en donnent une version convaincante. Un bon quart de siècle plus tard, les revoici ensemble, en studio, cette fois, avec, pour commencer, Trois Fantaisies du même Schumann, où leur complicité fait merveille, puis le Scherzo de la Sonate en ut mineur F-A-E de Brahms, qu’ils jouent avec la vigueur et l’enthousiasme de musiciens de vingt ans. Enfin ils enchaînent sur une Sonate de Bach, et là, on se retrouve soixante ans en arrière, à une époque où le renouveau baroque en était encore à ses balbutiements : l’interprétation d’Itzhak Perlman et Martha Argerich est subtile, mais qui, aujourd’hui, imagine encore Bach avec un tel son ?
Gérard Pangon

Schumann : Sonate pour piano et violon n°1 ; Trois Fantaisies pour piano et violon – Brahms : Scherzo de la Sonate en ut mineur F-A-E – Bach : Sonate pour clavier et violon n°4 BWV 1017
Martha Argerich (piano), Itzhak Perlman (violon)
1 CD Warner Classics 0190295937898
51 min

mis en ligne le mardi 5 septembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.