Mardi 30 aout 2016
Face à face avec la mort
Deux chefs d'œuvre de Poulenc admirablement interprétés
bonheur assuré



Stabat Mater

Loin d’être dans la veine méditative propre au genre, les Sept Répons des Ténèbres, de Francis Poulenc, composés en 1961-1962 sur une commande de Leonard Bernstein, reflètent le jeu sur les textures typique du compositeur : il travaille les voix comme un sculpteur le ferait de diverses sortes de pierre, fait surgir tel ou tel instrument de la masse sonore, force parfois sur les contrastes mais sait aussi arrondir le trait, passe du désespoir à la révolte, de l’abattement à l’angoisse, aborde comme rarement en musique le face à face avec la mort. Ecrit en 1950, après la mort de son ami, le peintre et décorateur Christian Bérard, son Stabat Mater s'inscrit dans la veine des musiques religieuses du XVIIème siècle, et, surtout, il est plus apaisé, plus constamment douloureux, même si Francis Poulenc ne peut maîtriser complètement ses élans et ses inquiétudes. C’est une œuvre dense, ramassée, poignante, que Daniel Reuss, la Cappella Amsterdam, Carolyn Sampson et les musiciens estoniens interprètent magnifiquement : ils en soulignent le climat et la gravité, affirment à la fois sa profondeur et ses exubérances sans jamais se perdre dans une mise en scène des émotions qui viendrait en altérer la bouleversante sincérité.
Gérard Pangon


Francis Poulenc
Sept Répons des Ténèbres – Stabat Mater
Carolyn Sampson (soprano)
Cappella Amsterdam, Estonian Philharmonic Chamber Choir, Estonian National Symphony Orchestra
Direction musicale : Daniel Reuss
1 CD Harmonia Mundi HMC 902149
1 h 02 min

mis en ligne le vendredi 18 avril 2014

Bookmark and Share


 
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail

Concerts & dépendances
Spiritualité sur la colline de Vézelay - Jour 1
Le cabinet de curiosités
Festival de La Chaise Dieu 2 : musicologue
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.