Dimanche 27 mai 2018
Du sur mesure
Sébastien Daucé fait une incursion dans un répertoire méconnu
Perpetual Night

Coincées entre Dowland (1563-1626) et Purcell (1659-1695), trois générations de compositeurs anglais ont laissé un répertoire riche d’airs de ballets, songs et masks, qui eurent une importance comparable à celle de la tragédie lyrique en France pendant notre « Grand Siècle » - alors que de l’autre côté de la Manche, l’opéra et le « semi-opéra » n’étaient pas en vogue. Répertoire délaissé et auteurs méconnus en France, le CD concocté par Sébastien Daucé est là pour réparer l’injustice. Le choix des œuvres illustre la diversité des genres qui, contrairement à ce qu’annonce le CD, ne se limite ni à une Perpétuelle Nuit ni, contrairement à ce que prétend livret, à une veine mélancolique. Le délicieux Go, Happy man, de John Coprario et le pétillant Sing Sing, Ye Muses de John Blow en témoignent. L’Ensemble Correspondances, dirigé par Sébastien Daucé, interprète, comme c’est devenu une habitude, ce répertoire avec subtilité. Dans cette distribution vocale inégale, on retiendra la belle tessiture et le talent dramaturgique de Lucile Richardot (mezzo-soprano). Le programme lui a été taillé sur mesure, lit-on dans le livret, et l’eût-il été plus encore, cette incursion dans l'Angleterre du XVIIème siècle aurait gagné en intérêt. 
Albéric Lagier

Airs de Lawes, Ramsey, Coperario, Lanier, Jenkins, Banister, Webb, Hart, Jenkins, Blow, Locke, Purcell, Jackson, Johnson, Hilton
Lucile Richardot (mezzo-soprano), Carolyne Weynants et Elodie Fonnard (soprano), Davy Cornillot (contre-tenor) Nicolas Brooymans (basse)
Ensemble Correspondances
Direction musicale : Sébastien Daucé
1 CD Harmonia Mundi HMM 902269
1 h 12 min

mis en ligne le dimanche 13 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.