Dimanche 22 avril 2018
Distante élégance
Triple tête d’affiche pour les trois Trios avec piano de Brahms
The Piano Trios

Pour jouer ces trois Trios, l’un de jeunesse, les deux autres plus tardifs, les assemblages de stars le disputent aux ensembles constitués, tels le Beaux-Arts Trio ou le trio Isaac Stern-Leonard Rose-Eugene Istomin. Sont ainsi restés dans l’histoire les enregistrements réunissant Josef Suk, Janos Starker et Julius Katchen ou - plus ancien encore -, Jasha Heifetz, Emanuel Feuermann (puis Gregor Piatigorsky) et Arthur Rubinstein. Ce sont, toutes évolutions stylistiques mises à part, ces derniers qu’évoquent le plus les trois têtes d’affiche ici associées. Yo Yo Ma et Emanuel Ax (le moins connu des trois en Europe) forment depuis longtemps un duo brahmsien multi-récompensé (quatre Grammy Awards). Les voilà pour la première fois avec le violoniste Leonidas Kavakos. Tels leurs aînés, tous trois savent conserver leur stature sans tirer la couverture à soi, ce qui fait son effet dans les passages brillants comme le "Scherzo" du 1er Trio (dont ils donnent la version révisée par Brahms dans sa maturité). Pour ce qui est du regard intérieur, qui fait de ces œuvres des chefs-d’œuvre, ces trois mousquetaires s’en tiennent à un bien dire classieux mais un peu distant, qui empêche leur interprétation de rivaliser avec celle du trio Suk-Starker-Katchen, laquelle reste en tête de la discographie pour l’équilibre entre véhémence et émotion dont elle fait preuve. Belle prise de son, flatteuse mais pas trop.
François Lafon

Trios pour violon, violoncelle et piano n° 1 op. 8, n° 2 op. 87, n° 3 op. 101
Leonidas Kavakos (violon), Yo-Yo Ma (violoncelle), Emanuel Ax (piano)
2 CD Sony 88985407292
1 h 24 min

mis en ligne le mardi 9 janvier 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.