Dimanche 27 mai 2018
Denier du rêve
Choix des œuvres et interprétation superlative : Sandrine Piau au top
Chimère

Ce nouveau « Chimère » de Sandrine Piau et Susan Manoff conclut en beauté un triptyque axé sur le rêve, à la suite des CDs « Évocations » et « Après un rêve ». Loewe, Schumann, Debussy, Wolf, Gurney, Baska, Poulenc, Barber et Previn, ou comment varier les plaisirs de la découverte et des classiques réunis, et glisser d’une langue à l’autre pour créer des passages. Inquiétude quasi expressionniste avec le Wolf tumultueux de Lied vom Winde (Möricke) précédé de l’harmonie extatique de Verschwiegene Liebe (Eichendorff), ou Fêtes galantes selon Verlaine, dans l’humidité feutrée d’une clairière debussyste pour En sourdine, Fantoches et Clair de lune ? À moins que vous ne préfériez les Banalités d’Apollinaire transcendées par le piano champêtre de Poulenc ? Le timbre souple de la chanteuse saisit les notes et les empoigne avec assurance, tandis que le piano en épouse la dynamique racée. Pour s’en convaincre, qu’on écoute ce mélange d’abandon et de contrôle que Sandrine Piau obtient dans le poème de Dickinson Heart ! We will forget him, mis en musique par l’Américain Robert Baska. Du grand art, dans une présentation en outre admirable.    
Franck Mallet

Debussy : Fêtes galantes I ; Poulenc : Banalités, FP 107 ; Baksa : Heart ! We will forget him + Loewe, Schumann, Wolf, Barber, Previn, Gurney…
Sandrine Piau (soprano), Susan Manoff (piano)
1 CD Alpha 397 (distr Outhere)
59 min

mis en ligne le lundi 14 mai 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.