Dimanche 27 mai 2018
Clavecin de velours
Les danses délicates d’Elisabeth Jacquet de la Guerre
L’Inconstante

« On peut dire que jamais personne de son sexe n’a eu d’aussi grands talents qu’elle pour la composition de la musique, et pour la manière admirable dont elle l’exécutoit sur le clavecin et sur l’orgue. » C’est ainsi que le célèbre Titon du Tillet parle d’Elisabeth Jacquet de la Guerre, née en 1665, dans sa Description du Parnasse françois, publiée en 1732. Durant le Grand siècle, elle rayonnait, Louis XIV et la Montespan la soutenaient, elle eut de nombreux élèves qui la portaient aux nues. Depuis, elle est restée la plupart du temps dans l’ombre, mais aujourd’hui toutes les clavecinistes la chouchoutent, comme pour illustrer le thème trop peu souvent traité : les musiciennes parlent aux musiciennes. Cet album emprunte son titre à la chaconne de la suite en ré, l’une des trois suites du Premier livre enregistrées ici. Comme dans son album précédent consacré à Marin Marais (voir ici), Marie van Rhijn joue sur un instrument de 1679, le clavecin Diem, dont la sonorité est splendide, et elle en souligne la délicatesse avec un toucher aérien. Les danses se succèdent, gracieuses, ravissantes, veloutées, piquantes parfois, mais toujours empreintes d’une tendre nostalgie.
Gérard Pangon

Elisabeth Jacquet de la Guerre : Pièces de clavecin, Premier Livre (Suites en fa, en ré, en la) ; Pièces de clavecin, Deuxième Livre (La Flamande, Double de La Flamande à la manière de par Marie van Rhijn)
Marie van Rhijn (clavecin)
1 CD Evidence EVCD047
1 h 06 min

mis en ligne le jeudi 19 avril 2018

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.