Jeudi 14 décembre 2017
Bach tranché
Lise de la Salle bâcle son hommage à Bach
 
Le même, pas pareil
Alexandre Tharaud, le style
Bach Unlimited

Ce « Bach unlimited », ou « Bach à la découpe » accole à une interprétation agréablement jazzy du célèbre Concerto italien BWV 971 des œuvres légères dérivées du Cantor, comme la Valse improvisation sur le nom de Bach de Poulenc – hélas, loin d’être la partition pianistique la plus inspirée de son catalogue —, ou le Prélude et fugue op. 46 d’Albert Roussel, pour lequel il n’avait retenu de Bach que l’aspect motorique…  Le choix de Lise de La Salle de faire appel au jazzman Thomas Enhco pour relier les différents compositeurs aurait pu être une bonne idée (« Il fallait des respirations entre ces pièces », écrit-elle), mais le musicien n’arrive pas plus à se distinguer dans les quatre pièces, trop brèves (?) écrites pourtant pour l’occasion. La pianiste n’est pas plus convaincante dans une harassante version de la Fantaisie et fugue d’après le thème b-a-c-h de Liszt et une morne Chaconne BWV 1004 de Bach. Un album bâclé, que ne peuvent racheter les deux minutes trente de la belle respiration finale, L’aube nous verra, imaginée par Enhco d’après les Variations Goldberg.  
Franck Mallet

Bach : Concerto italien BWV 971 - Enhco : Chant nocturne ; Sur la route ; La question de l'ange ; L'aube nous verra - Poulenc : Valse improvisation sur le nom de Bach - Bach-Busoni : Chaconne BWV 1004 - Roussel : Prélude et fugue op. 46 - Liszt : Fantaisie et fugue sur le thème b-a-c-h
Lise de la Salle (piano)
1 CD Naïve V 5444
55 min

mis en ligne le lundi 6 novembre 2017

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.