Samedi 16 décembre 2017
Villancicos au milieu du désert
Juan Hidalgo ou le baroque espagnol en version passe-partout
Cantar de amor

Au XVIIème siècle, en même temps que le pouvoir politique et la société tout entière sombrent dans une sorte de mollesse résignée, la musique espagnole est un peu endormie, comme si les génies du siècle précédent avaient déjà tout inventé : Tomas Luis de Victoria, Francisco Guerrero et Cristobal de Moralés ont, en effet, illuminé le Siècle d’or de tout leur talent. Pour que la musique ibérique trouve un nouveau souffle, il faudra patienter jusque dans les années 1750 où des Italiens comme Scarlatti et Boccherini, viendront la vivifier, mais en attendant, les compositeurs du XVIIème ne savent pas trop où se situer et s’appuient timidement sur les traditions locales. L’un des plus connus - ou plutôt des moins inconnus - de cette époque est le madrilène Juan Hidalgo, né en 1614, et maître de la chapelle royale. Compositeur d’opéras et de musiques sacrées, il écrit aussi des villancicos non liés à la liturgie et des tonos humanos, c’est-à-dire des chansons profanes, qui clament l’amour et la passion. Mais l’échantillon proposé ici n’est pas des plus convaincants, en particulier parce que le ténor Juan Sancho, habitué de la scène, les chante comme des airs d’opéra baroque, avec des effets souvent inutiles qui ne compensent en rien le caractère passe-partout de ces mélodies.
Gérard Pangon

Mélodies instrumentales et vocales de Juan Hidalgo, Andrea Falconieri, José Marin, Francisco Guerau, Gaspar Sanz, Mateo Romero « Capitan »
Juan Sancho (ténor)
Accademia del Piacere
Direction musicale : Fahmi Alqhai
1 CD Glossa GCD P33204
57 min

mis en ligne le jeudi 2 juillet 2015

Bookmark and Share
Contact et mentions légales.
Si vous souhaitez être informé des nouveautés de Musikzen laissez votre adresse mail
De A comme Albéniz à Z comme Zimerman,
deux ou trois choses et quelques CD pour connaître.